Party 2.0
Faire la fête en mode über !

Pour partir à la rencontre de la population du coin (ou du quartier), le web social ne manque pas d’idées. On connaissait le co-voiturage, le co-vacançage, le co-dining, voici le co-ambiançage ! Ou comment faire la fête chez des inconnus aux quatre coins de la France. Chic, le concept s’exporte aussi (lentement) à l’étranger !

Excuse my party : faire la fête en mode über !

Ça s’appelle Excuse my Party et le concept est simple : on propose une Party ou on s’invite à celle d’autres internautes. Ça va du petit apéro sympa chez Lucas à la méga party en rooftop de Clémentine, en passant par la soirée déguisée de Laurent. En général, ça se déroule en appartement mais les idées plus folles sont bienvenues ; pique-nique géant, séance yoga dans un parc, barbecue party, …

Les fêtes sont payantes mais rien de comparable avec une sortie en boîte. Pour une soirée apéro standard, on ne débourse généralement pas plus de 10€ ou 15€ mais certaines fêtes plus ambitieuses demandent une trentaines d’euros, chaque initiateur étant libre de fixer le tarif qu’il souhaite. Le site prélève une commission de 15%.

La plateforme est née en mai 2015 de l’idée de Bruno et Philippe, deux potes en coloc à Paris qui avaient pris l’habitude d’organiser des soirées chez eux auxquels se mêlaient amis, amis d’amis, etc. Le concept était né, porté par une génération de millennials toujours plus friande de soirées privées, chez d’autres fêtards plutôt qu’en clubs, chers et impersonnels.

Comment ça marche?

On s’inscrit en ligne et on note nos centres d’intérêt, notre âge, notre ville, une courte description de notre personnalité. Le concept marche comme un réseau social qui nous permet d’inviter nos amis, d’en rencontrer de nouveaux et de discuter en ligne.

Aussitôt connectés, on accède à toutes les partys organisées dans les jours qui suivent. Le “lanceur de fête” (“L’ambianceur”) se présente en quelques mots. Ici, Anaïs à Lyon, qui adore les voyages, la mode et le cinéma. Elle indique toutes les infos nécessaires ; la party se déroulera dans son appart, à Lyon. Visiblement, le spot est vaste puisque 45 personnes sont invitées (“Les ambiancés”). Le thème ? Open Bières Brooklyn Brewery et DJ set. Le coût ? 10€, toutes les boissons incluses. Anaïs peut aussi préciser ce qu’il faut amener, en l’occurrence des snacks et… de l’humour. La fête se déroulera dans 9 heures, entre 20h et minuit et là, il reste… 1 place ! Il suffit alors de s’inscrire (on clique sur “s’ambiancer”). Le paiement n’est débité que lorsque l’ambianceur valide notre réservation.

C’est vraiment cool?

Le concept s’est vu taxer de “party bobo” et c’est vrai que c’est surtout urban, ambiancé par des jeunes diplômés parisiens profil start-uppers, mais tous ceux qui ont essayé sont unanimes : c’est très chill, les rencontres sont faciles et on ne se prend pas la tête.

Les moins

– Les concepteurs sont clairs : ce n’est pas un moyen de se faire de l’argent (ce qui pourrait tomber sous le coup de la loi), mais bien d’une fête privée pour laquelle les invités versent une petite contribution, qui ne doit pas dépasser les frais d’organisation (boissons, nourriture, déco, animation, …). En cas de contrôle, mieux vaut conserver tous les justificatifs d’achats, précise prudemment la plateforme web.
– Évidemment, on prend un risque en invitant des inconnus chez soi. Le site précise que les informations personnelles de chaque membre sont récoltées et que les comportements non appropriés sont aussitôt signalés et sanctionnés (le profil est supprimé). Chaque ambianceur peut refuser qui il veut, en se fiant à la description des membres.
– L’ambianceur est seul responsable de la sécurité de sa party.
– L’ambianceur qui annule la party prévue doit verser une pénalité si des ambiancés s’y sont inscrits.

2018-02-08T16:29:36+00:00